• Essais de Montaigne

     

    Michel de Montaigne,

    né Michel Eyquem de Montaigne 

    (1533-1592)

     

     

    - Philosophe / Moraliste

     

    - Prise de part active en politique

     

    - Éducation particulière : exclusivement en Latin (surtout écrit)

    (langue maternelle, langue scientifique, pas de choc entre les pays)

     

    - Rejet du dogme ou de la doctrine extrêmement marqué par les guerres de religion en tant qu'humaniste (catholiques vs protestants

     

    - Atteint de la Gravelle (maladie des reins) mais va considérablement voyager

    Œuvres :

     

    Essais

    Pyrrhonien :

    de Pyrrhon sceptique

    (rien n'est établi, tout est une erreur)

     

    puis Descartes

    Si pas dans la vérité : proche

     

    Humanistes :

    - Érasme

    - Rabelais

     

    A influencé :

    Pascal, Voltaire

    Essais (1580)

    (La Question de l’homme dans les genres de l’argumentation, du XVIe siècle à nos jours)

    Roman

    Admirateur de Socrate et de la Maïeutique « faire accoucher les esprits »

    mode d'enseignement prôné par Montaigne

    « Sçavoir par cœur n'est pas sçavoir » « plutôt la tête bien faite que bien pleine »

    « philosopher c'est apprendre à mourir »

    « la vraye liberté, c'est pouvoir toute chose sur soy »

    Inventeur de l'Essais :

    « Car c'est moi que je peins... » → non définitif, en constante évolution

    pluriel : action répétée de recherche, réflexion (s’intéresse à tout en humanisme

    Première éditions (livre 1)

     

    Écriture du roman :

    Inclassable selon Montaigne

     

    Pas de construction affiché

    « à sauts et à gambades »

    Axes de lecture

    Élargissement (l'argumentation : le genre le plus efficace pour obtenir l'adhésion du destinataire ?)

    - Comment Montaigne parvient-il à produire un raisonnement par antithèse confrontant 2 réflexions opposées de la pédagogie ?

    Écrit pour Madame Diane de Foix, Comtesse de Gurson, qui attendait un enfant. Ici, Montaigne propose une « bonne éducation » à la comtesse pour son enfant. De plus, il s'agit d'un discours polémique ( débat ).

     

    I- Une critique de l'éducation traditionnelle

     

    1- L'apprentissage par cœur

    a- L.1 Comparaison entre l'apprentissage et un entonnoir, Comparaison de l'élève avec une oie = idée de « gavage de savoir » l.1 → péjoratif et aspect caricatural.

    b- « Qu'il ne lui demande pas seulement compte des mots de sa leçon, mais du sens et de la substance » l.19.

    c- « C'est témoignage de crudité et indigestion que de regorger […] donné à cuire » l.23

    Métaphore indigestion / par coeur = critique l'apprentissage par coeur.

     

     

    2- L'éducation collective

    « d'une même leçon, régenter plusieurs esprits de si diverses mesures et formes » l.15-16

    Antithèses : une / plusieurs et même/diverses.

    Mesure = Quantité & Forme = Qualité

    d'après Montaigne chaque esprit n'apprend pas la même quantité de choses, de la même façon.

     

    II- L'éducation plus moderne/humaniste prônée par Montaigne

     

    1- Une éducation adaptée à chacun

    a- l.9 « trotter » + « train » « Mettre sur la montre (sur la piste pour un essai) » ; « trotter »; « juger »; « allures » l.4 = Métaphore cheval / élève.

    b- Je veux qu'il fasse » l.9 → Subjonctif à valeur d'ordre.

    Montaigne est pour le système du précepteur = un maître pour un élève.

     

    2- Un maître à l'écoute de son élève

    a- Argument d'autorité. Montaigne s'en sert pour appuyer sa proposition d'éducation. l.6-7

    b- « qu'il invente » l.6, « qu'il écoute » l.6 → subj à valeur d'ordre

    c- Jeu de pronom : Presque chaque pronoms = un sujet différent + implication perso

    «On»(l.1);«Ceux» (l.15)→ profs non humanistes / «Je»(l.2)→ Montaigne / «Je»(l.13) ;«il» (l.34)→ demo philo

     

    3- Une ouverture d'esprit par soi-même

    a- « Quelques fois lui ouvrant le chemin, quelques fois le lui laissant ouvrir » l.5

    Métaphore chemin/savoir. Chemin à suivre soi-même.

    b- « Et qu'il juge du profit de ce qu'il aura fait, non par le témoignage de sa mémoire, mais de sa vie » l.20

    Seul but de l'éducation pour Montaigne : s'enrichir soi-même.

     

    Conclusion : 

    - Thème principal : l'éducation.

    - Texte polémique dans lequel Montaigne remet en cause l'éducation traditionnelle et en propose une autre : système du précepteur.

    - Texte direct : Montaigne s'adresse directement au lecteur.

    « Théiste de Voltaire

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :