•  

    Victor Hugo

    (1802-1885)

     

    - Romancier _ Poète engagé - Politicien

     

    - Victor Hugo a fortement contribué au renouvellement de la poésie et du théâtre

     

    - Romancier du peuple qui rencontre un grand succès populaire

    Roman :

    - Notre-Dame de Paris, 1831

    - Les Misérables, 1862

     

    Poésie :

    - Les Châtiments, 1853

     

    Théâtre :

    - Hernani, 1830

    - Ruy Blas, 1838

    - Romantisme

     

    - Dépouille au Panthéon

    « Je veux être Chateaubriand ou rien »

    - Lamartine

    (Méditations poétiques)

    - Mérimée

    (La Vénus d’Ille)

    - Musset

    (Les Caprices de Marianne)

    - Delacroix

    (La Liberté guidant le peuple)

    Hernani (,ou l'Honneur castillan) (1830) (le θ engagé)

    θ

    Elle est prête à tout par amour pour le proscrit : elle abandonnera tout et le suivra. La fuite est prévue pour le lendemain.

    Acte I, scène 2

     

    Hernani entre dans la chambre de son aimée.

     

     

    Écriture du roman :

    - Drame romantique

    (rupture avec les règles de la tragédie classique

     

    - Déclencheur de la bataille d'Hernani (Classiques VS Romantiques politique et esthétique)

    Axes de lecture + Élargissement (les courants littéraires face a la littérature Classiques VS Romantiques ? )

    - Comment par le biais du romantisme, Hugo parvient-il à révolutionner le genre θ brisant alors les codes classiques ?

    Intro : Drame → émotion, mélange genres

    Romantique → amour difficile, nature, lyrisme = PASSION

     

    I / Une scène marquée par la volonté de renouveler le genre théatral

    1) Une scène d'expo dynamique → le drame

    ­ informative et préparatrice de la suite

    ­ dynamique voire romanesque

    2) Comment Hugo brise-t-il les codes classiques ?

    ­ action immédiate presque sans expo

    ­ situation vaudeville sans le comique innocent mais avec l'ironie lyrique

    ­ hors bienséances → immoralité + enjambements

    sublime et grotesque

    femme demande d'♂, adultère

     

    II / Une scène de passion

    1) Un amour qui s'exprime avec force → ponctuation, images d'anges, démons

    2) détermination – décision – force pour se construire un futur

    3) Une impossibilité de vivre sans l'autre, des cœurs à l'unisson

    voué à l'échec V.32-38

     

    III/ L'accession à un statut tragique du héros romantique

    1) Un héros solitaire et tourmenté

    2) Une vie et un amour impossible : la mort, fatalement

    1 destin → v.2 : c'est déjà écrit

    3) Préférer le bandit agité injustement accusé au roi cynique ou au puissant et ses

    trésors, sa vie confortable.

    une leçon


    votre commentaire
  •  

    Aimé Césaire,

    (1913-2008)

     

    - Poète

    - Politicien

    - Anticolonialiste

     

    - Il se fait remarquer pour son concept de la négritude : rejeter l'assimilation culturelle et promouvoir l’Afrique et sa culture, dévalorisées par le racisme issu de l'idéologie colonialiste.

    - Cahier d'un retour au pays natal (1939)

    (manifeste poétique et politique ́≈ art poétique)

     

    Poésie : - Soleil cou coupé (1948)

    - Corps perdu (1949)

     

    - θ La tragédie du roi Christophe (1963)

    - θ Une saison au Congo (1966)

    Mouvement littéraire de la Négritude avec Léopold Sédar Senghor

    Une saison au Congo (1966) (le θ engagé)

    θ

    Pression éco et trahisons politiques qui accompagne la décolonisation.

    La pièce dresse la figure de Patrice Lumumba, Premier ministre du Congo avant d'être assassiné.

    On ne sait pas …

     

    Paroles de Lumumba

    Écriture du roman :

    Pensées exprimés d'un personnage.

    Véritable implication, connaissance de ces dernières → Réalisme.

    Axes de lecture + Élargissement (comment les événements historiques peuvent-il influencer les courants littéraires )

    - Comment par le biais du θ, Césaire parvient-il à s'engager pour la liberté de l'Afrique ?

    Intro : ½ : côté tragique et injuste de la colo ; 2/2 : revanche, indépendance

     

    I. Une scène centrée autour du personnage de Lumumba

    a) Une scène qui sonne comme un enseignement de Lumumba a Mokutu

    L.24 → « connaître », « je te l'apprendrai »

    Lumumba a la science, la compréhension, le savoir.

    Il montre les éléments de Géo Africaines, L'Afr intégré physiquement en lui …

    b) Un rapport de forces déséquilibré

    Dominant – Dominé _ Maître – Valet (cf Jacques Le F ou Médée Kali)

    cf (AGȎN) : Jeu θal / lutte, combat, affrontement (Grec)

     

    II. Une dénonciation violente des blancs (diatribe contre les blancs, dictature)

    a) Abus et mauvais traitements des colons blancs envers les Africains

    (énumération) (25-27 champ lexical) :

    Blancs associés à une imposition par la force de la culture, ce considère comme >. (cf : supl au voyage de Boug (p231))

    prétendue pacification et apport de civilisation (bible : religion ; loi ; tribunaux : justice)

    b) Déportation par les blancs

    implicitement ref au deportation Nazis

    Chien policier : camps de concentration Gargouillement d'un colt : personnification → appétit de la mort ; les blancs moins humains que leurs armes.

     

    III. Un éloge de l'Afrique et une forte empreinte des traditions Africaines

    a) Le chant traditionnel

    Poésie de l'Afrique, → chant de la perte du fils Poème ELEGIAQUE

    revendiquer une poésie de l'Afr, pas réservée aux blancs

    b) Personnification d'une Afrique courageuse

    Lumumba incarnation de l'Afr caractères humains

    L'Afrique : sing → unis ≠ Blancs : plur → dispersés

    « Respire » : vie (blancs : morts ≠ Afr : vivante)


    votre commentaire
  • Eugène Ionesco,

    né Eugen Ionescu 

    (1909-1994)

     

    - dramaturge

     

    - professeur de français

     

    -élu à l'Académie française le 22 janvier 1970

     

    - Né d’un père roumain et d'une mère française  

    - La Cantatrice chauve (1950)

    - Rhinocéros (1959) (métaphore de la montée des totalitarismes : maladie rhinocérite)

    - Le roi se meurt (1962) (comportement et les manières de l’individu face à sa fin)

    - Macbett (1972) (éléments de Macbeth de Shakespeare)

    Théâtre de l'absurde

     

    - Samuel Beckett

    (En attendant Godot)

    - Arthur Adamov

    - Jean Genet

    (Les Bonnes)

    - Albert Camus

    - L.F Céline

    La cantatrice chauve (1950) (L'absurde)

    Théâtre de l'absurde

    Idée : essayé d'apprendre l'anglais par le biais d'une méthode d’apprentissage.

     

    Une autopsie de la société contemporaine par le moyen de propos ridicules de banalité que tiennent deux couples.

    1ère scène

     

    M et Mme Smith enchaînent des réflexions absurdes, qui ont cependant toute l'apparence d'une conversation logique.

    Écriture du roman :

    - inspiration de la méthode Assimil 

    - structure de raisonnement, connecteurs logiques & arguments

    Axes de lecture + Élargissement (anti-pièce selon Ionesco et l'anti-héros fait-il parti d'une anti-pièce ?)

    - Comment l'auteur parvient-il à faire cohabiter réel et absurde

    - En quoi ce texte dramatique relève t-il de théâtre de l'absurde ?

    - En quoi le texte est une « anti-pièce » selon Ionesco?

    I. Une scène de conversation d'apparence logique et réaliste

    a) Une scène de la vie courante

    BANALITE : Lieux → localisation réel (accumulation) (roumain → comique ref Ionesco) / Acheter des yaourts → scène du quotidien / (énonciation) nom de psges → convers.quot / (Proc dramaturgique) → décors intérieur bourgeois fin XIXe-XXe ; accessoires (journal) → pas excessivement riche ni méprisant

    b) Un portrait social (construction de tt un petit monde autour des 2 psges)

    (Didascalies ; « continuant sa lecture ») → attitude de vieux couple, réaliste / Dr. → petit monde/cercle relat° médecin de famille, qqun de sérieux et important sur l'avis auquel il porte.

    Marine, Épicerie de quartier, voisinage …

    c) Un débat argumentatif

    Connecteurs logiques (à rechercher) ; Thèse : bon doc ? ; présent de vérité général

    VOLONTE DE CONVAINCRE

    Analogie (18-20) forme d'argumentation par comparaison

     

    II. En fait, une scène totalement absurde

    a) L'absence de sens et de logique dans l'argumentation

    Oppositions de termes sans accords tel oxymores (yaourt roumain folklorique ; appendice/apothéose)

    *Docteurs charlatans, malade aussi ; Marine honnête, mais pas les marins → logique non respecté

    Yaourt d'Andrinople → en Turquie alors que Yaourt Bulgare.

    b) Une réflexion sur le langage et le théâtre abrogée par le démontage du discours

    Des connecteurs logiques détournés ; Rapports de causalités (*) : lien logique avec aucune logique 

    plus de sens, le raisonnement progresse et s'enchaîne mais incohérent et n'apporte rien → AB ABSURDO

    Transition : claquement de langue comme réponse : pb de communication

    c) Des personnages qui s'accordent, une critique sociale

    cf : naturellement, ah ! Je n'y avait pas pensé …

    Société éduqué qui parle bien pour ne rien dire ; soc conformiste : ref a 1 modèle absurde qui plus est 


    votre commentaire
  • Médée Kali

    Laurent Gaudé (2003)

     

    Biographie : Né en 1972, Laurent Gaudé est un écrivain français ; en 2002, il obtient le Prix Goncourt des Lycéens et le prix des Libraires avec La mort du roi Tsongor. Il écrit des aussi bien des pièces de théâtre que de roman

    (ps : il traumatise la génération 98 depuis le brevet tongue)

     

    1ère pistes : 1) - Voyage : - spatial - temporel - réel / irréel

    2) - Vers → Médée Kali - Prose → Enfants

    3) - Mélange culturel ? → Mythes cosmogonies

    → Mélange religieux – Syncrétisme (mélange d'influences)

     

    Inspiration Antique ? 3 grands : Eschyle, Sophocle et Euripide → Protagoniste + Chœur (Ve av J-C)

    Deutéragoniste, Tritagoniste …

     

    4) Aspect contemporain et audace du discours

    Proposition de plans :

    Page 30 (III)

    Problématique : - Un texte théâtral original ? - Une écriture poétique qui sublime l'horreur ? - Médée monstre et mère ?

    I. Le monologue d'une mère aimante et tendre

    1. Pas d'interlocuteur mais amour maternel

      1ère pers.sing

    2. La métaphore de la chienne

      connotation

      anaphore insistance : « mes enfants »

      « baiser, étreinte … » « sein » → toucher (chaleur, douceur) mère qui donne la vie et réchauffe

      protection « lécher »

    3. La remontée des enfers

      déterrer ses enfants pour respecter les traditions en les incinérant

      forme de respect et d'amour

      Passion? mais grandes douleurssouffrance (transition)

    (amour, permet transition sur II. Car aussi sanguinaire)

     

    II. Le monologue d'un monstre sanguinaire d'une folie meurtrière

    1. Monologue : Schizophrénie ?

      Seul sur scène (ou presque) → sentiment de puissance mais surtout solitaire

      parle à soi-même ou pire au morts (ou seulement impression)

    2. Une atmosphère fantastique, un personnage en filature

      contact entre 2 mondes mort&vivant

      sorcière ? Contact avec les Dieux et les Hommes …

      Tension car personnage qui la suit ?!

      Pourquoi, qui ? Force mystique aussi ? Combat auto programmé ?

    3. Aucun complexes sur le crime : (+ remontée des enfers)

      - Bestial

      Chienne : dévoratrice, cannibale

      Présence du sang, vampirisme (boit la vie, le crime le sang)

      Infanticide de la mère à ses enfants

      - Rire

      Cynique, terrible : absence de pitié

      Malsain ? Folie ?

      - Froideur

    aucun complexes, bon souvenir du crime …

    mais aussi antithèse froid – chaud (vie – mort)

     

    III. Art de faire resurgir le crime (à travers l’hypotypose et l'écriture poétique)

    1. Présence du présent dans un récit de crime

      inhabituel, pas passé simple ou imparfait

      renforce une impression de présence …

    2. Une description frappante de la scène : l'hypotypose

      hypotypose → description en action, visuel

    3. Des allusions aux mythes

      - association à la méduse & la gorgone car pétrification

      - double culture : originale : grec + nouvelle Inde

      - comme Ulysse qui sacrifie un mouton noir afin de pouvoir parler aux morts qui reviennent sous forme de spectres (catabase : descente aux enfers)

     

    Conclusion : Psge complexe + intéressant que le mythe original

     

    __________________________________________________________________________________________________________________________________

     

    (II)

    Pb : Comment LG parvient-il à renouveler le mythe de Médée hors de ses frontières eurasiennes/colchidiennes

     

    Intro : une tension qui augmente, en mm tps que le psge qui suit médée.

    Médée se présente : surprise : exotisme, culture différente

    I. Cadre répugnant pour une puissance quasi-divinité / sorcière

    1. Une présence de longue date

      « Nous mourions la depuis des siècles » Maladie, Pestiférés …

    2. L'abandon absolu

      Le regard à éviter car :

      sensation physiques répugnantes, visuels, olfactives.

      « Je suis née sans pitié » : sans avoir bénéficié de pitié ou déjà dépourvu de pitié ?

      Hyperréalisme : pauvreté, faim (« déjections des animaux)

      Horreur d'une situation sociale insupportable.

    II. Puissance magique de la danse

    1. La musique et la danse : envahissement du discours par la « danse », danser→ POLYPTOTES (mm radical fig style) création d'un rythme (harmonie imitative, fig style) → ondes de serpents, musique
    2. Un retournement de situation Domination, fascination, elle tient les hommes. « Mais j'étais belle » …

     

    III. Naissance de la magicienne et du mythe

    1. Naissance d'un mythe qui devient sacré, déesse mère antique, accouché du monde sans parents, directement de la foule et du Gange → naissance mythique comme les dieux. Le temple qui la sacre …
    2. Des empreintes d'origine sociale. La pestiférée devient la déesse,elle contient le mal et la beauté (antithèse)La rumeur se répand, le mythe se propage. Mythe : mythos → tradition orale, parole légende : lire → legenda

     

    Conclusion :

    • présentation du psge (façon scène d'expo)
    • faire comprendre la naissance d'un mythe (pas seulement psge)
    • Procédés lexicaux : champs lexicaux, sémantique (polysémie), substituts lexicaux, mots riche de sens ou d’évocations ou référentiel.
    • Proc grammaticaux (énonciation, ponct°, syntaxe, tps verbaux et valeurs)
    • Proc rhétoriques / fig de style
    • Proc ou écriture dramaturgique

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique